Le  Pape : L’intuition

Le Pape, cet homme religieux a une expérience (barbe et cheveux blancs) qui permet de donner à l’intelligence intuitive et fougueuse du Bateleur, une direction en accord avec ce que l’on est. C’est le sens du mot religieux religare (relier l’être à lui-même, à ses profondeurs, là où une autre instance inconsciente peut le guider).

Le Guide Intérieur

Le Pape est une figure du guide intérieur, celui qui va exprimer la vision personnelle du monde de l’individu, sa morale en quelque sorte. Ce que le Pape a compris de l’existence, il pourra l’enseigner à son tour à de jeunes adeptes. Ces petits Bateleurs seront alors à même de révéler plus profondément le sens de la vie.

Le Pape bénit et enseigne.

Il donne des limites et des autorisations. En se mettant à l’écoute de son intuition, le Pape peut exprimer ce qui est bien et ce qui est mal. Ce faisant, il élève ses disciples qui représentent des aspects plus jeunes et instinctifs dans la personnalité. Il les fait grandir et les organise, afin que ces aspects instinctifs puissent trouver le cadre nécessaire à leur développement.

Il donne des limites à ses désirs, pour leur permettre de se réaliser.

Car le désir sans limite restera dans l’absolu et ne parviendra pas à devenir réalité, soit par refoulement, soit par trop de violence déstructurée. Ainsi ouvre-t-il une voie pour ses projets. Le Pape représente une image du père positif qui guide et enseigne l’enfant, participant ainsi à l’élever.

Ce guide religieux tient la croix sacerdotale

Il la tient à trois niveaux, symbole de son savoir sur les trois plans du corps, de l’âme et de l’esprit. Il n’assène pas aux autres ses connaissances, il les suggère (sa main est gantée, symbole de pouvoir et de délicatesse).

Son chiffre, le cinq

Ce chiffre nous indique que cet arcane représente le chemin de l’homme, de l’humanisation. C’est le rôle de l’homme que de relier le ciel et la terre, l’esprit et la matière. Pour cela, il peut tirer la leçon de ses désirs et de ses intuitions. Notamment, il peut comprendre que son désir le pousse vers ce qu’il a à entendre, car désir et intuition sont liés. Cela ne signifie pas qu’il s’agit d’écouter et de répondre au désir tout le temps, mais qu’il s’agit d’entendre ce qu’il exprime et de comprendre dans quel sens il nous pousse. Ensuite, l‘homme est libre de faire le choix de le suivre ou pas. Le Pape exprime la direction que prend tel ou tel désir, telle ou telle intuition.

Le Pape est un enseignant.

C’est un guide pour autrui, car il reconnaît le sens pris par les choses. Il exprime ce qu’il sait avec bienveillance et humanité.

Le Pape a l’intuition de la signification de ses désirs. Il sait se donner des limites, mais aussi s’autoriser à vivre d’une certaine façon, car il se construit une morale personnelle, en accord avec son centre.

Le Pape est quelqu’un de relié avec le centre inconscient de sa personne, qui agit intuitivement dans la bonne direction pour son développement personnel. Il est guidé de l’intérieur, ou a su trouver un guide extérieur (qui va, en fait, exprimer ce qu’il a en lui). Intuitif et bienveillant, il est de bon conseil pour ses amis et son entourage. Il a une certaine autorité du fait de ses paroles avisées. Il sait aussi reconnaître celui qui lui est supérieur, acceptant de se mettre à son écoute et à son école.

Il a le sens de la hiérarchie, des traditions et des structures collectives. Il sait donner une direction sage à ses impulsions en les organisant de la façon la plus favorable. Bon enseignant ou bon élève, il n’est pas attaché aux places de pouvoir. Le sien est ailleurs, et il peut passer de façon fluide d’une position à une autre. Il est vigilant mais compatissant pour celui qui est dans l’erreur. C’est un père attentif et bienveillant.

Les problématiques liées au Pape

Ce sont des difficultés à savoir s’orienter dans l’existence, à se donner des limites ou à oser certaines choses. C’est un dogmatisme, une façon rigide d’être attaché à certaines traditions ou croyances. Ou, à l’inverse c’est une révolte permanente qui n’a pas de sens réel dans le présent de la personne. Ce dernier aspect est le contre-pied d’un rigorisme intérieur refoulé. Ce qui apparaît c’est la révolte, alors qu’en dessous il y a une voix rigide qui dicte des principes trop stricts.

Par exemple

Quelqu’un qui refuse toute discipline, toute règle dans le quotidien, peut très bien avoir un dictateur interne qui exige de lui un maintien militaire, et cela en permanence. Des règles de conduite trop strictes ou une absence de règles aboutissent au même résultat sous des formes différentes, c’est-à-dire une difficulté à trouver la façon juste de se conduire, celle qui est le plus en accord avec le centre de soi-même ou, pour le moins, la plus sage.

Ainsi, un père qui n’a pas donné de règles précises, mais qui, selon son humeur, dit oui un jour et non le lendemain, est très insécurisant pour l’enfant. Ce dernier ne se sent jamais vraiment autorisé à faire quelque chose car il lui manque le lien entre la réalité concrète et la réflexion sur celle-ci. A la place, il a eu droit aux humeurs du père. Cela peut créer une angoisse face à toute prise de position. L’adulte aura à se reconstruire cette fonction paternelle à l’intérieur, pour se sentir béni du dedans, ce qui lèvera l’angoisse.

La Bénédiction

Se sentir béni, c’est-à-dire s’accepter tel que l’on est et dans ce que l’on désire, est une nécessité pour s’humaniser. En effet, ce que l’on désire est en rapport avec qui l’on est, et là réside le besoin d’accepter intérieurement ce désir.

Le Pape est cette instance qui se manifeste dedans ou à l’extérieur, et qui guide dans le sens de la vie.

Partagez